• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
Dolpo 2017

Trek au Dolpo 2017



Kaigaon - Dolpo 2017

Basa 2017

Un beau document proposé par Edith Groshenny, marraine de SolHimal.


Retour au Népal - février/mars 2017

DHORPATAN


Diaporama chantier solidaire cueillette des plantes à Dhorpatan septembre/octobre 2015

L'école de Thuman - Népal

Présentation du projet
et début du chantier



Reconstruction de l'école de Thuman



La nouvelle école de Thuman

BASA


Diaporama réalisé par Marie Christine PACHOD, marraine, sur le Népal 7 mois après le séisme et sur son séjour à Basa
Témoignage séisme au Népal
Image aléatoire
Galerie

La crise sanitaire que nous vivons fragilise beaucoup d’associations humanitaires
et rend très difficile la poursuite de leurs activités.



SolHimal, grâce à l’implantation de son bureau au Népal, de ses différents partenaires en Inde et de son bureau à Strasbourg peut mettre à votre disposition ses compétences pour la gestion de vos parrainages tout en vous laissant, si vous le souhaitez, maîtres de l’organisation avec vos partenaires.
Nous aurons à cœur de répondre à vos attentes.

N’hésitez pas à nous contacter si vous ne souhaitez plus continuer vos actions plutôt que d’arrêter, ce qui serait pénalisant pour les personnes que vous aidez.

Contactez le responsable parrainages de SolHimal au 03 88 27 33 00 ou par courriel : parrainages@solhimal.org
 
 
Syndication source : 6MEDIAS - Le gigantesque barrage voulu par Pékin au Tibet inquiète l’Inde
source : 6MEDIAS Publié le 12/04/2021 à 9h15

Un projet de super-barrage au Tibet fait des vagues en Inde et inquiète les écologistes.

Un barrage géant qui produirait trois fois plus d’électricité que celui des Trois gorges, l’actuel record du monde… La Chine envisage d’édifier au Tibet une mégastructure en travers du Brahmapoutre, qui inquiète les écologistes ainsi que le voisin indien. La scène se passe à plus de 1.500 mètres d’altitude, dans le canyon qui est à la fois le plus long et le plus profond du monde. Contournant un imposant massif himalayen, le fleuve dessine un «coude» avant de s'orienter sud-ouest en direction de l’Inde puis du Bangladesh, où il se jette dans le Gange et enfin dans la mer. C’est en travers de ce coude, dans le comté de Medog, que la Chine prévoit d’édifier un colossal ouvrage d’art qui ridiculiserait son propre record du monde, le Barrage des Trois gorges du Yangtsé, d’une capacité de «seulement» 22,5 millions de kilowatts.
Le plan quinquennal (2021-25) adopté début mars par le Parlement chinois prévoit de «construire une base hydroélectrique dans le cours inférieur du Yarlung Tsangpo», nom tibétain du Brahmapoutre. Pas de budget, ni de calendrier, encore moins de détails techniques. Très en amont, le fleuve est déjà barré par deux installations alors que six autres sont en projet ou en construction. Mais le «Super-barrage» aurait une tout autre dimension.
En octobre dernier, la région du Tibet a signé un «accord de coopération stratégique» avec Powerchina, une entreprise publique de BTP spécialisée dans les projets hydroélectriques. Fin novembre, le patron de Powerchina, Yan Zhiyong, dévoilait une partie du projet à la Ligue des jeunesses communistes. S’enthousiasmant pour «la région la plus riche du monde en ressources hydroélectriques», il expliquait que «le coude» du Brahmapoutre disposait de capacités théoriques de près de 70 millions de kilowatts - plus de trois fois les Trois gorges.
Si pour Pékin, le projet se justifierait au nom de la lutte contre les énergies fossiles, il risque de susciter une forte opposition des mouvements écologistes, à l’instar du Barrage des Trois gorges, construit entre 1994 et 2012 dans le centre du pays. L’ouvrage a engendré la création d’un immense lac de retenue et le déplacement de 1,4 million de personnes en amont. «Construire une infrastructure de la taille du Super-barrage est probablement une très mauvaise idée pour un tas de raisons», s’insurge Brian Eyler, directeur du programme Eau, énergie et durabilité au centre de réflexion américain Stimson Center. Outre que la zone est connue pour son activité sismique, elle abrite également une biodiversité unique. Le barrage stopperait la migration des poissons ainsi que l’écoulement des sédiments qui enrichissent les terres lors des crues saisonnières en aval, relève-t-il.

Une dimension politique

Dans une région sous tension, le risque écologique se double d’une dimension politique, comme le souligne Zamlha Tempa Gyaltsen, spécialiste des questions d’environnement au Tibet Policy Institute, un centre de réflexion rattaché au gouvernement tibétain en exil en Inde autour du dalaï lama. «Nous disposons d’un riche patrimoine culturel tibétain dans ce secteur et la construction d'un barrage quel qu’il soit provoquerait des destructions écologiques et l’immersion d'une partie de la région», déclare-t-il à l’AFP. «Beaucoup d’habitants devraient quitter leurs terres ancestrales», pointe-t-il, disant redouter l’immigration de travailleurs chinois qui deviendrait permanente.
Mais moins d’un an après un affrontement meurtrier dans l’Himalaya entre soldats indiens et chinois, c’est à New Delhi que le projet inquiète le plus. De par sa présence au Tibet, le régime communiste est assis sur un véritable château d'eau arrosant une grande partie de l’Asie. «La guerre de l'eau est une composante cruciale de cette agression (chinoise) car elle permet à la Chine d’utiliser sa puissance tibétaine en amont sur une ressource essentielle», tempêtait le mois dernier le politologue Brahma Chellaney, dans le quotidien Times of India.
Quant au risque sismique, il ferait de ce projet «une bombe à eau à retardement» pour les riverains en aval, avertissait-il. Réagissant au projet chinois, le gouvernement indien a émis l’idée de construire à son tour un barrage sur le Brahmapoutre, afin de constituer sa propre réserve d'eau. «Il reste beaucoup de temps pour négocier avec la Chine», se rassure Brian Eyler. «Un mauvais résultat, ce serait de voir l’Inde construire un barrage en aval».