• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
Dolpo 2017

Trek au Dolpo 2017



Kaigaon - Dolpo 2017

Basa 2017

Un beau document proposé par Edith Groshenny, marraine de SolHimal.


Retour au Népal - février/mars 2017

DHORPATAN


Diaporama chantier solidaire cueillette des plantes à Dhorpatan septembre/octobre 2015

L'école de Thuman - Népal

Présentation du projet
et début du chantier



Reconstruction de l'école de Thuman



La nouvelle école de Thuman

BASA


Diaporama réalisé par Marie Christine PACHOD, marraine, sur le Népal 7 mois après le séisme et sur son séjour à Basa
Témoignage séisme au Népal
Image aléatoire
Galerie

La crise sanitaire que nous vivons fragilise beaucoup d’associations humanitaires
et rend très difficile la poursuite de leurs activités.



SolHimal, grâce à l’implantation de son bureau au Népal, de ses différents partenaires en Inde et de son bureau à Strasbourg peut mettre à votre disposition ses compétences pour la gestion de vos parrainages tout en vous laissant, si vous le souhaitez, maîtres de l’organisation avec vos partenaires.
Nous aurons à cœur de répondre à vos attentes.

N’hésitez pas à nous contacter si vous ne souhaitez plus continuer vos actions plutôt que d’arrêter, ce qui serait pénalisant pour les personnes que vous aidez.

Contactez le responsable parrainages de SolHimal au 03 88 27 33 00 ou par courriel : parrainages@solhimal.org
 
 

La crèche de Chauntra - Inde du Nord



Grâce au financement de SolHimal en 2019, la crèche du camp de Chauntra, à 65kms de Dharamsala, a pu rouvrir tous les jours de 9h à 16h.
En laissant les enfants à la crèche, les parents et surtout les mères acquièrent la liberté de pouvoir travailler à l’extérieur, et, de ce fait, de ramener des revenus supplémentaires au sein de leur famille et de jouer un rôle actif dans leur camp.
Quant aux enfants ils sont encadrés par 2 nourrices salariées, qui leur font faire des activités ludiques (jeux, chansons, danse, histoires, …) essentielles pour leur développement et leur épanouissement intellectuels et ils bénéficient aussi d’un repas équilibré et d’un goûter.
Ce projet a un coût annuel de 2600 euros




jeux pédagogiques


repas…....………...……..sieste ……..….......…...……goûter..




des repas offerts pour les enfants dans la rue

Avec l’appui financier de SolHimal, une maraude a été organisée par Passang, directeur de l’école de la Conscience Primary School de Nayapati, dans les rues de Kathmandu
pour offrir des repas aux enfants de la rue.



cliquer sur la photo pour lancer la vidéo




source : 6MEDIAS Publié le 12/04/2021 à 9h15

Un projet de super-barrage au Tibet fait des vagues en Inde et inquiète les écologistes.

Un barrage géant qui produirait trois fois plus d’électricité que celui des Trois gorges, l’actuel record du monde… La Chine envisage d’édifier au Tibet une mégastructure en travers du Brahmapoutre, qui inquiète les écologistes ainsi que le voisin indien. La scène se passe à plus de 1.500 mètres d’altitude, dans le canyon qui est à la fois le plus long et le plus profond du monde. Contournant un imposant massif himalayen, le fleuve dessine un «coude» avant de s'orienter sud-ouest en direction de l’Inde puis du Bangladesh, où il se jette dans le Gange et enfin dans la mer. C’est en travers de ce coude, dans le comté de Medog, que la Chine prévoit d’édifier un colossal ouvrage d’art qui ridiculiserait son propre record du monde, le Barrage des Trois gorges du Yangtsé, d’une capacité de «seulement» 22,5 millions de kilowatts.
Le plan quinquennal (2021-25) adopté début mars par le Parlement chinois prévoit de «construire une base hydroélectrique dans le cours inférieur du Yarlung Tsangpo», nom tibétain du Brahmapoutre. Pas de budget, ni de calendrier, encore moins de détails techniques. Très en amont, le fleuve est déjà barré par deux installations alors que six autres sont en projet ou en construction. Mais le «Super-barrage» aurait une tout autre dimension.
En octobre dernier, la région du Tibet a signé un «accord de coopération stratégique» avec Powerchina, une entreprise publique de BTP spécialisée dans les projets hydroélectriques. Fin novembre, le patron de Powerchina, Yan Zhiyong, dévoilait une partie du projet à la Ligue des jeunesses communistes. S’enthousiasmant pour «la région la plus riche du monde en ressources hydroélectriques», il expliquait que «le coude» du Brahmapoutre disposait de capacités théoriques de près de 70 millions de kilowatts - plus de trois fois les Trois gorges.
Si pour Pékin, le projet se justifierait au nom de la lutte contre les énergies fossiles, il risque de susciter une forte opposition des mouvements écologistes, à l’instar du Barrage des Trois gorges, construit entre 1994 et 2012 dans le centre du pays. L’ouvrage a engendré la création d’un immense lac de retenue et le déplacement de 1,4 million de personnes en amont. «Construire une infrastructure de la taille du Super-barrage est probablement une très mauvaise idée pour un tas de raisons», s’insurge Brian Eyler, directeur du programme Eau, énergie et durabilité au centre de réflexion américain Stimson Center. Outre que la zone est connue pour son activité sismique, elle abrite également une biodiversité unique. Le barrage stopperait la migration des poissons ainsi que l’écoulement des sédiments qui enrichissent les terres lors des crues saisonnières en aval, relève-t-il.

Une dimension politique

Dans une région sous tension, le risque écologique se double d’une dimension politique, comme le souligne Zamlha Tempa Gyaltsen, spécialiste des questions d’environnement au Tibet Policy Institute, un centre de réflexion rattaché au gouvernement tibétain en exil en Inde autour du dalaï lama. «Nous disposons d’un riche patrimoine culturel tibétain dans ce secteur et la construction d'un barrage quel qu’il soit provoquerait des destructions écologiques et l’immersion d'une partie de la région», déclare-t-il à l’AFP. «Beaucoup d’habitants devraient quitter leurs terres ancestrales», pointe-t-il, disant redouter l’immigration de travailleurs chinois qui deviendrait permanente.
Mais moins d’un an après un affrontement meurtrier dans l’Himalaya entre soldats indiens et chinois, c’est à New Delhi que le projet inquiète le plus. De par sa présence au Tibet, le régime communiste est assis sur un véritable château d'eau arrosant une grande partie de l’Asie. «La guerre de l'eau est une composante cruciale de cette agression (chinoise) car elle permet à la Chine d’utiliser sa puissance tibétaine en amont sur une ressource essentielle», tempêtait le mois dernier le politologue Brahma Chellaney, dans le quotidien Times of India.
Quant au risque sismique, il ferait de ce projet «une bombe à eau à retardement» pour les riverains en aval, avertissait-il. Réagissant au projet chinois, le gouvernement indien a émis l’idée de construire à son tour un barrage sur le Brahmapoutre, afin de constituer sa propre réserve d'eau. «Il reste beaucoup de temps pour négocier avec la Chine», se rassure Brian Eyler. «Un mauvais résultat, ce serait de voir l’Inde construire un barrage en aval».




SORIG a été créé en 1988 par feu Dr Tsultrim Sangay dans une région isolée du Dhorpatan, à l’Ouest du Nepal, à 3000 - 3500 m d’altitude et à 500 km à l’ouest de Kathmandu.

L’Ecole s’appelle « Sorig Bumshi School » (Ecole des 4 Sciences Médicales du début de la Tradition). Le but principal de l’école est de préserver la Médecine Traditionnelle et de dispenser un enseignement médical traditionnel à des adolescents venant des régions pauvres et isolées de l’Himalaya et désireux d’apprendre la Médecine Traditionnelle par les plantes. SORIG enseigne 3 langues aux étudiants ; le tibétain, l’anglais et le népalais, mais priorité est donnée au tibétain car tous les manuels de médecine Traditionnelle sont écrits en tibétain. Actuellement Sorig compte 24 étudiants, un médecin (Amchi* Namsay Lama) et 4 enseignants pour les autres matières. Solhimal France soutient 22 étudiants grâce à des parrainages. 2 étudiants sont des moines du monastère Bonpo et leurs études sont payées par le monastère.

En 2006 la nouvelle école de médecine Sorig a été construite à Kathmandu suite au transfert de l’ancienne école qui se trouvait à Dhorpatan. En effet, suite à l’assassinat par les maoïstes du médecin tibétain qui enseignait à Dhorpatan, il avait été décidé d’installer l’école à Kathmandu et de revenir à Dhorpatan chaque année pour la cueillette des plantes. Tous les ans, les étudiants sont donc en stage pratique pendant 3 mois (Août à Octobre) à Dhorpatan ou au Dolpo, pour apprendre l’usage des plantes médicinales qu’ils font sécher avant de les redescendre à Kathmandu.

Cependant, à cause du confinement lié à l’épidémie du COVID 19, il n’a pas été possible pour eux de se rendre en 2020 à Dhorpatan mais les cours ont continué à être dispensés à Kathmandu.

Les étudiants en quarantaine reçoivent une alimentation nutritive (nourrissante). L’école primaire du monastère près de l’école SORIG a été utilisée pour les quarantaines. Après 7 jours de quarantaine on a pratiqué le test PCR et tous les rapports étaient négatifs.


Afin d’apporter une aide concrète pendant cette pandémie, les étudiants et leurs professeurs ont participé à différentes actions telles que :

Distribution gratuite de médicaments
Séance de méditation
Participation à un camp de santé dans la région du Téraï au Népal où l’équipe de Sorig, dirigée par l’Amchi Yungdrung Tsewang, a distribué des médecines favorisant la résistance au corona virus. Pendant cette période, 8052 personnes ont bénéficié de soins dont 3100 hommes, 2802 femmes, 1700 enfants, 150 personnels de sécurité policière et 300 malades chroniques.
Le coût de cette opération a été d’environ 1000 euros. L’école Sorig aimerait refaire une opération semblable en dispensant gratuitement des médecines et en organisant des séances de méditation.

Budget (en roupies)







Désinfection des bâtiments de SORIG






Préparation de plantes à infuser pour une distribution gratuite






Préparation de médecine tibétaine Sygial Remsung pour distribution gratuite. Ces pilules protègent des maladies contagieuses






Etude de l’urine pour le diagnostic






Prise de température






Désinfection des mains avant de franchir la porte de l’école et du monastère






Cultures de légumes par les étudiants pendant le confinement, pour leur usage et également pour distribution aux plus démunis.





séances de méditation pour aider les personnes en dépression pendant le confinement






Prof Geshe Denyi distribuant le lunch







les étudiants prenant leur petit déjeuner






Lit pour la quarantaine






Collecte de fruits acides (Lapsi) pour fabrication des médecines





camp de santé dans le Teraï



Des nouvelles de notre école de médecine SORIG



La rentrée a démarré le 3 avril.
Une cérémonie de remise a eu lieu pour remettre à 4 étudiants leur diplôme.
Yungdrung Tsewang a terminé ses 9 années d’études et a maintenant le titre d’Amchi avec son diplôme appelé «Menrampa»

3 autres étudiants ont achevé leurs 5 premières années avec succès ce qui leur donne droit au diplôme de «KACHUPA». Ce sont Geshe Tritsuk Yonten, Jhyama Lhamo Baijee et Paljor Tsering. Il leur reste encore 4 années avant d’obtenir le diplôme final.


SORIG cérémonie remise diplômes 2021


SORIG cérémonie remise diplômes 2021


les 4 lauréats de gauche à droite
Jhyama Lhamo Baijee - Yundrung Tsewang - un de leurs instructeurs Amchi Namsay - Geshe Tritsuk Yonten - Paljor Tsering




Allègement des formalités pour se rendre au Népal



Le gouvernement népalais vient de modifier les règles d’entrée sur son territoire à compter du 25 mars 2021.
4 documents sont à montrer à l’enregistrement pour pouvoir embarquer pour le Népal :
1. Un test PCR négatif de moins de 72 heures ou la preuve de la vaccination Covid
2. Le visa népalais ou une lettre de recommandation de l’office du tourisme Népalais permettant d’obtenir le visa à l’arrivée au Népal.
3. La confirmation de la réservation de l’hôtel
4. L’assurance couvrant les risques pour ce séjour.

A l’arrivée, il faut refaire un test PCR même si vous êtes vaccinés et si le résultat est négatif, vous pouvez démarrer votre séjour sans quarantaine.



Projet de déplacement du village de DHEY dans le Haut-Mustang - Népal

Les conséquences du réchauffement climatique en Himalaya




Un projet incroyable pris en main par tous les villageois de DHEY qui relèvent le défi avec détermination pour un avenir meilleur de leur communauté.
Ce diaporama permet d’avoir des informations sur le déplacement du village et de connaître l’implication de SolHimal dans ce projet.




cliquer sur la photo pour visionner le diaporama

tsawhalé vu d’en face (côté Yara)
THANGCHUNG - Haut-Mustang - Népal




SolHimal
7 rue Ernest Rickert
67200 STRASBOURG

03 88 27 33 00


Tous les élèves ont réussi leurs examens de médecine et peuvent passer en année supérieure.
Un étudiant vient de terminer ses 9 années d’études avec succès en réussissant son examen final d’AMCHI (médecin qui soigne avec les plantes)


CPS vœux 2021

YUNDRUNG TSEWANG



Certains étudiants qui arrivent de régions très reculées n’ont pas été scolarisés jusqu’en terminale qui est le niveau requis pour étudier à la SORIG school. Ils doivent donc en parallèle de leurs études de médecine suivre une scolarité jusqu’à l’obtention de l’examen final de la classe de terminale. Cette année, 3 de nos élèves ont réussi cet examen de fin de scolarité de classe 12 (terminale).

CPS vœux 2021 CPS vœux 2021 CPS vœux 2021


BISHNU KALI ROKAYA…………...……..SHERAB JAMA ……..……...……PABITRA RAI..




Nous les félicitons pour leur réussite


CPS vœux 2021



La conscience Primary school (CPS) située à Nayapati a réouvert en janvier 2021. Le directeur, M. Passang a profité de la fermeture de l’école à partir de mai 2020 pour procéder à des travaux de peinture dans tout le bâtiment. Pendant cette période, seuls 6 enfants sont restés à l’école car ils ne pouvaient pas retourner dans leur région pendant le confinement. En décembre 2020, M. Passang s’est rendu dans le Langtang d’où la plupart des enfants scolarisés dans son école sont originaires et il a distribué à leurs familles de la nourriture (riz, lentilles, huile, sucre, thé, farine) ainsi que des affaires de toilette (savon, brosse à dents, dentifrice).

Des photos pour illustrer l’actualité de notre partenaire


cliquer sur les photos pour les agrandir


CPS avant rénovation CPS après rénovation


CPS photo écoliers en classe CPS photo écoliers en classe CPS photo écoliers en récréation


distribution de nourritures dans le Langtang


CPS Langtang distribution de nourritures CPS Langtang distribution de nourritures CPS Langtang distribution de nourritures



CPS vœux 2021



Nous en profitons pour remercier nos marraines et parrains
pour votre aide auprès de nos filleul.es.



Chant de la Source


Chant de la Source


A ne pas manquer



à l’échoppe du monde
avec les gardiens de la Source
qui nous invitent
à leurs prochaines rencontres
AU CHANT DE LA SOURCE à LA BRESSE
VOSGES (88)




Les prochaines rencontres au Chant de la Source sont d’ore et déjà planifiées. Notez dans votre agenda les dates de ces moments de partages conviviaux, chaleureux.

Pour 2021


Confitures* et bols en terre cuite du ven. 05/02 10h au dim. 07/02 14h.

Les jonquilles du cœur du mar. 30/03 au dim. 04/04.

Confitures
* et bols du ven. 25/05 10h au dim. 27/05 14h.

Confitures
* et bols du ven. 03/09 10h au dim. 05/09 14h.


Parlez-en autour de vous, invitez vos ami.e.s.
Venez au moment qui vous convient : une journée ou pour toute la période.



Si cette rencontre dans un lieu ressourçant vous tente, n’hésitez pas à contacter les propriétaires du Chant de la Source http://www.au-chant-de-la-source.com/lieu_de_stages.htm pour la réservation et organiser du mieux possible ces moments de rencontres et SolHimal au 03 88 27 33 00 ou par courriel à projets@solhimal.org pour organiser éventuellement un covoiturage à partir de Strasbourg.

On apporte ses draps ou on les loue, et on apporte de quoi manger et partager.

Consultez le site du Chant de la Source pour connaître tout leur programme et calendrier.


Echoppe du Monde



* SolHimal collecte les pots de confiture «bonne maman» d’une contenance de 370gr.
Pour le 67, Merci de nous contacter au 03 88 27 33 00 ou projets@solhimal.org si vous en avez à nous remettre à notre bureau de Strasbourg.


 1  2  3  4  »

© 2011 SolHimal - Tous droits réservés - Mentions légales


Site réalisé grâce à PhpBoost