• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
L'école de Thuman - Népal

Chantier fin Novembre 2017

Rangwang Dronme

Découvrez notre magazine
en ligne.

Témoignage séisme au Népal
DHORPATAN


Diaporama chantier solidaire cueillette des plantes à Dhorpatan septembre/octobre 2015

BASA


Diaporama réalisé par Marie Christine PACHOD, marraine, sur le Népal 7 mois après le séisme et sur son séjour à Basa
Edith Groshenny


Diaporama réalisé par Edith Groshenny, marraine de SolHimal
Retour vers ma famille Népalaise, rencontre des filleul(le)s des ami(e)s, distribution des cadeaux pour les enfants de la part de leur parrain/marraine respectif et distribution d'argent , bénéfice de ventes faites pour les parrainages et l'aide aux villageois selon les besoins des plus démunis.
 
Rss Muksan Bohora, 7 ans, dans le Dolpo
Muskan Bohora est un petit Népalais de 7 ans dont la famille vit à Narku, un petit village situé dans le district du Dolpo. Il est pensionnaire à l’école Gangchen Meri School de Kaigaon située à 1 jour de marche de son village. Cette école-pensionnat dispense un enseignement de la culture tibétaine (étude de la religion et du tibétain) chaque matin à partir de 6h et chaque fin d’après-midi. Pendant la journée, les enfants étudient les matières traditionnelles à l’école publique népalaise d’Hurikot située à 10 mn. L’école fournit gratuitement les fournitures scolaires, le savon, le dentifrice, les brosses à dents. Les parents doivent payer 12000rs/an (120€) pour la nourriture des enfants et si ils ne peuvent le faire, ils paient en donnant des vivres à l’école.

Ancien royaume tibétain, le Dolpo est une région aride du nord-ouest du Népal, située dans la haute chaîne de l'Himalaya. Ce pays caché nommé « Béyul » est une terre où survivent d’ancestrales traditions tibétaines. Très difficile d'accès, cette région est inaccessible par la route. Plusieurs jours de marche sont nécessaires pour s'y rendre. Certains sentiers ne sont ouverts que 6 mois dans l’année quand l’hiver se termine. Les conditions de vie y sont très difficiles. Cet espace géographique a été ouvert pour les randonneurs en 1990, mais a été fortement déconseillé par tous les consulats occidentaux jusqu’en 2006, à cause des actions menées par l’armée népalaise contre les groupes maoïstes. Depuis ces dernières années, la relative stabilité politique du Népal a permis à nouveau d’accéder à cette région très reculée.

La population est composée majoritairement de Tibétains qui vivent dans le respect de leur culture. Ils sont agriculteurs, éleveurs et survivent grâce à la vente de leurs récoltes (pommes de terre et maïs) qui leur permet d’acheter des denrées de première nécessité (riz, farine...) à Jumla.

En 2009 l’association Club Tibet de Strasbourg a participé, à hauteur de 4000 euros, à la première phase de construction de l’école de Kaigaon. Auparavant les enfants se rendaient dans ce qu’ils nommaient l’« école de plein air », ne disposant que d’un monastère peu éclairé pour s’abriter en cas d’intempéries. Ensuite, Solhimal, grâce à un généreux donateur a financé l’extension de l’école pour 20.000 euros.

Les parents de votre filleule sont tous deux originaires de Narku. Ils n’ont pas eu la chance de pouvoir être scolarisés. Ils sont fermiers et possèdent 8 parcelles de terre sur lesquelles ils cultivent du maïs et des légumes (pommes de terre, haricots).
Ils produisent également des pommes. La récolte assure à la famille sa subsistance pour 6 mois environ. Ils possèdent par ailleurs 2 bœufs et 7 vaches pour leur usage familial.

La famille de Muskan Bohora se compose de 6 personnes :
- Datta Bohora, son père,
- Saradha Bohora, sa mère,
- Muskan Bohora, votre filleul, né le 3/12/2010. Il est pensionnaire en classe I (CP) à la Gangchen Meri School,,
- Ganesh Bohora, son frère aîné, scolarisé,
- Deepak Bohora, son frère, né en 2009, scolarisé dans la même école, en attente d’un parrainage,
- Bibek Bohora, son frère, encore bébé.

Tous les membres de la famille sont en bonne santé. Ils vivent dans une petite maison faite en pierre, bois et boue. Elle est dotée de 5 pièces sommairement meublées, sans eau courante ni électricité. Votre filleul habite à l’école mais se rend généralement dans sa famille durant les vacances d’hiver.

Le revenu que ses parents tirent du travail de la terre est en moyenne de 29.200 roupies népalaises* par an (292 euros) soit 24€/mois. Les dépenses courantes de la famille (nourriture, habillement, santé) sont de 19.500 rs par an (195 euros) auxquels s’ajoutent 11.000 rs (110 euros) de frais de scolarité annuels pour votre filleul et 11.000 rs pour son frère soit en moyenne 36€ de dépenses mensuelles. Ce revenu ne couvre pas les dépenses de la famille y compris les frais de scolarité des 2 enfants scolarisés à Kaigaon. Ses parents sont ainsi contraints d’emprunter argent et nourriture auprès de voisins, qu’ils remboursent au moment des récoltes, mais il est évident que cette situation ne peut perdurer.

Votre parrainage, qui sera directement versé à l’école, soulagera les parents de Muskan Bohora d’un grand souci. Il permettra à votre filleul de recevoir une éducation dans le respect de la culture Bön** et de résider au pensionnat où il est correctement pris en charge et ses parents n’auront plus à payer ses frais de scolarité.

Doté d’un caractère agréable, Muskan Bohora réussit assez bien à l’école. Il s’est ainsi classé 4ème lors des dernières évaluations. Ses matières préférées sont le népali et le tibétain, même si il réussit mieux en népali qu’en tibétain. Pendant ses loisirs, il aime jouer au volley et il ne sait pas encore ce qu’il souhaite faire plus tard.

Vous correspondrez en anglais avec Muskan Bohora par l’intermédiaire d’Ang Bahadur Lama, le responsable parrainage, en attendant qu’il puisse le faire seul
 
 
 
Aucune note
Ecrit par: SolHimal Le: 13/10/17