• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
L'école de Thuman - Népal

Chantier fin Novembre 2016

Rangwang Dronme

Découvrez notre magazine
en ligne.

Témoignage séisme au Népal
DHORPATAN


Diaporama chantier solidaire cueillette des plantes à Dhorpatan septembre/octobre 2015

BASA

1ère partie


2ème partie


3ème partie


Diaporama réalisé par Patrice BEHRA, Président de SolHimal
10 jours à Basa dans la famille de ma filleule
BASA


Diaporama réalisé par Marie Christine PACHOD, marraine, sur le Népal 7 mois après le séisme et sur son séjour à Basa
Edith Groshenny


Diaporama réalisé par Edith Groshenny, marraine de SolHimal
Retour vers ma famille Népalaise, rencontre des filleul(le)s des ami(e)s, distribution des cadeaux pour les enfants de la part de leur parrain/marraine respectif et distribution d'argent , bénéfice de ventes faites pour les parrainages et l'aide aux villageois selon les besoins des plus démunis.
 
Rss Ugen Nyima Gouda, élève de l'école Manasarovar
Ugen Nyima Gouda est un petit Népalais de 10 ans qui vit avec sa famille dans le quartier de Bauddanath à Katmandou, la capitale. Il est scolarisé en classe IV (CM1) à l’école tibétaine Manasarovar Academy, située dans le même quartier.

Son père est indien, originaire du village de Kushal Nagar, (district Mysore) dans l’état du Karnataka en Inde du Sud. Très jeune, il a perdu ses parents et ne connaît pas sa famille. Il a été recueilli par une famille tibétaine de commerçants installée dans cette région de l’Inde et qui a gagné le Népal en 1999.
Ses grands-parents maternels sont des paysans Tamangs* originaires du village de Ratanpur, (district de Bara), dans le sud du Népal où ils cultivent du riz, du maïs et de la moutarde.

Ses parents se sont mariés en 2005. Son père a pu bénéficier d’un embryon de scolarité de 2 ans en Inde, sa mère est illettrée. Ils travaillent tous deux pour la famille tibétaine qui a recueilli son père. Ce dernier est couturier, il assemble les brocards pour encadrer les peintures tibétaines (thangkas) et sa mère fait le ménage et la cuisine. En échange, la famille tibétaine les nourrit et met à leur disposition un logement d’une pièce.

Actuellement, la famille d’Ugen Nyima Gouda se compose de trois personnes :
- Ramesh Gouda, son père, né en 1960.
- Gauri Tamang Gouda, sa mère, née en 1973.
- Ugen Nyima Gouda, votre filleul, né le 19 octobre 2007. Il termine sa classe IV (CM1) à l’école Manasarovar Academy.

Tous les membres de la famille sont en bonne santé à l’exception du père qui souffre de diabète et d’hypertension : il suit un traitement régulier. Ils habitent dans une pièce mise à disposition dans la maison de la famille tibétaine et seule l’électricité est à leur charge, 400 roupies népalaises** (4 euros) par mois. Les dépenses courantes (alimentation, habillement…) sont de 4.000 rs (40 euros), auxquelles s’ajoutent 1.000 rs (10 euros) de dépenses médicales pour le père et 1.200 rs (12 euros) de frais de scolarité pour votre filleul. Ce dernier était parrainé jusqu’en fin 2016, mais sa marraine a été contrainte d’interrompre son aide.

Le revenu de la famille est constitué de ce que donne aux parents la famille dans laquelle ils vivent et travaillent, soit 7.500 rs par mois (75 euros). Si ce revenu leur permettait tant bien que mal de subvenir aux besoins essentiels, il va se révéler insuffisant avec l’interruption du parrainage d’Ugen Nyima Gouda et l’augmentation de ses frais de scolarité avec chaque passage en classe supérieure. C'est pourquoi son école a sollicité une aide en sa faveur.

Grâce à votre soutien, Ugen Nyima Gouda pourra poursuivre sa scolarité dans de bonnes conditions et le montant de votre parrainage qui sera versé directement à la Manasarovar Academy déchargera ses parents d’un grand souci.

Garçon calme et actif, Ugen Nyima Gouda obtient des résultats encourageants en classe. Ses matières préférées sont les scientifiques. Il dit vouloir devenir médecin plus tard.

Ne maîtrisant pas encore l’anglais, Ugen Nyima Sherpa se fera aider dans sa correspondance avec vous par la directrice de l’école, Madame Tsultrim Sangmo, en attendant qu’il puisse le faire tout seul.
 
 
 
Aucune note
Ecrit par: SolHimal Le: 15/02/17