• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8
  • 9
  • 10
L'école de Thuman - Népal

Chantier fin Novembre 2016

Rangwang Dronme

Découvrez notre magazine
en ligne.

Témoignage séisme au Népal
DHORPATAN


Diaporama chantier solidaire cueillette des plantes à Dhorpatan septembre/octobre 2015

BASA

1ère partie


2ème partie


3ème partie


Diaporama réalisé par Patrice BEHRA, Président de SolHimal
10 jours à Basa dans la famille de ma filleule
BASA


Diaporama réalisé par Marie Christine PACHOD, marraine, sur le Népal 7 mois après le séisme et sur son séjour à Basa
Edith Groshenny


Diaporama réalisé par Edith Groshenny, marraine de SolHimal
Retour vers ma famille Népalaise, rencontre des filleul(le)s des ami(e)s, distribution des cadeaux pour les enfants de la part de leur parrain/marraine respectif et distribution d'argent , bénéfice de ventes faites pour les parrainages et l'aide aux villageois selon les besoins des plus démunis.
 
Rss URGENCE NEPAL

photos prises du 25 au 28 Avril 2015 aux alentours et dans le village de TIMURE - Langtang - Népal



_________________________________________________________________________________________________________________
TEMOIGNAGE

Le 15 avril 2015, je suis partie accompagner un groupe de 18 parrains pour un voyage au Népal.
La première semaine a été consacrée aux visites des filleuls et des écoles où les filleuls des parrains présents étudiaient. Le tout entrecoupé de visites des sites touristiques de Kathmandou et sa vallée.
La deuxième semaine était réservée au trek de la vallée du LangTang car certains parrains du groupe parrainaient des enfants de cette région.

Nous avons donc fait le fameux THT (Trail Heritage Tamang) un trekk qui passe dans les différents villages le splus typiques du LangTang, ceux qui ont su en partie conserver leur authenticité. Nous avons démarré à Gatlang Village, Chilime,Gongant et ensuite Tatopani. Le deuxième jour nous a mené à Brendang et Nagktali. Ensuite Taruché et Thuman et pour finir Dhalphedi, l’avant dernnière étape avant Timuré.

C’est environ 2 heures avant d’arriver à Timuré, un gros bourg où Solhimal a construit il y a 2 ans, un pensionnat pour les enfants de ces villages isolés afin de leur éviter de faire 4 heures de marche par jour pour se rendre à l’école, que le tremblement de terre a eu lieu. C’était la dernière étape de notre trekk et le personnel du pensionnat ainsi que les enfants attendaient le groupe pour une petite réception.

Le tremblement de terre nous a surpris au milieu de notre descente, dans la montagne. Un tremblement d’une intensité incroyable. Les ondes venaient des entrailles de la terre en même temps que le sol se balançait à l’horizontale.Tout bougeait y compris le sommet des montagnes à 3000 mètres.

Lorsque la terre s’est arrêtée de trembler, les dégâts étaient inimaginables. Des rochers de plusieurs tonnes étaient descendus, des glissements de terrains partout dans la montagne qui était en partie masquée par la poussière des éboulements, la route bloquée par les rochers, les arbres tombés de la montagne, le pont cassé, les poteaux électriques à terre…. Une scène de fin du monde.

Après un certain temps d’arrêt pour attendre la réplique, nous avons poursuivi notre descente pour rejoindre la route puisque le village de Timuré se trouve au bord du torrent sur la route venant du Tibet jusqu’à Shabru Besi. Avec beaucoup de difficultés le groupe a d’abord rejoint un grand chantier hydroélectrique dirigé par les Chinois. Ce sont ces derniers qui ont accueilli notre groupe et nous ont permis de téléphoner à Kathmandu. Ils nous ont également offert à manger. Sur les 500 personnes qui travaillaient sur ce site, seules 3 ont trouvé la mort et 5 ont été blessés car par chance c’était l’heure de la pause déjeuner lorsque le tremblement de terre a eu lieu.
Nous avons pris le repas du soir chez eux et ensuite nous avons rejoint Timuré à une demi heure à pied.
Contrairement aux villageois nous n’avons pas dormi sous la tente. Nous avons installé notre campement au rez-de-chaussée du pensionnat.

Nous avons donc eu très difficilement le 25 avril un premier contact avec l’ambassade de France qui nous a fait savoir que le gouvernement français n’envisageait pas de débloquer des fonds pour rapatrier ses ressortissants. Quelle bonne surprise. Le deuxième jour même version et le troisième jour idem. Notre interlocutrice à l’ambassade m’a conseillé d’appeler nos assurances pour nous faire rapatrier. Je lui fais savoir que c’était un peu difficile puisque nous ne pouvions pas téléphoner en France ce qui lui a donné l’idée de le faire pour nous depuis Kathmandu, bien que cela était relativement difficile d’avoir une connection en dehors du Népal. Résultat : Mondial assistance n’a jamais répondu, un répondeur tournait en boucle et l’assurance de la banque Paris Bas a ouvert un dossier et devait nous rappeler. Seul problème, le téléphone ne fonctionnait qu’un laps de temps réduit et était toujours occupé pendant ce laps de temps.

Au bout du cinquième jour et grâce à la débrouillardise de notre bureau à Kathmandu, nous avons été rapatriés par un hélicoptère de l’armée népalaise qui a fait 3 vols depuis Trisuli .

Cette catastrophe qui frappe le Népal est terrible et plonge le pays dans une misère encore plus grande. Dans des régions comme le LangTang 90% des habitations sont détruites, les réserves de nourriture des familles sont sous les décombres, les paysans ont perdu certains de leurs animaux...

Etant donné que le LangTang est une des régions les plus touchées par ce séisme et que nous sommes implantés dans cette région depuis plus de 20 ans, nous lançons un appel aux dons pour la reconstruction des villages où nous intervenons (Timuré, Ghate Khola, Dhal Phedi, Tatopani, Mendogang, GonGang, Gatlang, Thangpoche, Ling Ling…) ainsi qu’un appel aux volontaires pour nous aider dans nos chantiers de reconstruction.

Nous aurons également de nouveaux enfants à parrainer car certaines familles qui pouvaient assumer la scolarisation de leurs enfants ne le pourront plus suite à la perte de leurs habitations dans le tremblement de terre.
Aidez nous à les aider.

Danielle HEIM,
Fondatrice Solhimal
03 88 27 33 00

 
 
 
Aucune note
Ecrit par: Admin Le: 01/06/15